7 erreurs d’investissement courantes à éviter

Share on linkedin
Share on twitter
Share on facebook
Share on email
Share on print

Les publicités tape-à-l’œil des banques, des sociétés financières et des applications de courtage peuvent donner l’impression qu’investir est un jeu d’enfant. Grâce à la technologie, pratiquement tout le monde peut ouvrir des comptes et acheter des produits financiers en cliquant sur un bouton, depuis le confort de son salon.

Mais négocier quelques actions est une chose; avoir un succès durable et à long terme avec vos investissements en est une autre. Atteindre pleinement vos objectifs d’investissement peut avoir un impact impressionnant sur votre santé financière, conduire à l’indépendance financière, permettre une retraite anticipée et peut-être même vous rendre très riche. D’un autre côté, l’accumulation d’erreurs d’investissement peut avoir des effets dévastateurs sur votre qualité de vie et votre capacité à épargner pour la retraite.

Voici sept erreurs d’investissement courantes que les débutants (et même les experts) commettent souvent. Veillez à éviter ces maladresses d’investissement pour vous mettre sur la voie de la réussite financière.

Erreur d’investissement n°1: ne pas avoir de plan de match

Une équipe sportive professionnelle ne se lance pas dans un championnat sans plan de match. De même, vous voudrez mettre en place un plan financier à long terme avant de commencer à investir.

Lorsqu’il s’agit d’investir, commencez toujours par planifier votre épargne. Votre plan d’épargne décrira vos objectifs de placement et le délai pour les atteindre. Vous voudrez formuler des hypothèses de rendement afin de savoir combien vous devez épargner, tout en déterminant votre tolérance au risque de placement afin de rester sur la bonne voie.

Comme tout bon plan, il est important de le revoir périodiquement pour évaluer votre progrès et y faire les ajustements nécessaires.

Les émotions humaines sont souvent le principal ennemi d’un investisseur. Si votre plan ne repose pas sur des bases solides, les hauts et les bas émotionnels de l’investissement peuvent désorienter même les experts chevronnés, entraînant davantage d’erreurs et de pertes. En ayant un plan et en vous y tenant, vous éliminez la conjecture de l’investissement et vous pouvez dormir en paix, même lorsque les choses changent ou que les marchés se retournent.

Erreur d’investissement n°2 : essayer d’anticiper les marchés

L’une des caractéristiques les plus connues des marchés financiers est qu’ils fonctionnent par cycles. Ils montent, puis ils baissent. L’histoire nous montre qu’il existe des corrections à court terme, ainsi que des cycles à très long terme.

La valeur du marché est déterminée par l’offre et la demande de tous les investisseurs, compte tenu des informations dont ils disposent. Par conséquent, la valeur des marchés de demain dépendra des informations qui ne seront disponibles que demain.

Les investisseurs sont parfois pessimistes et parfois optimistes. Leur optimisme ou leur pessimisme peut obscurcir leur jugement, les amenant à croire à tort qu’ils savent ce qui va se passer demain. Essayer de vendre pour racheter plus tard ou prendre des risques énormes dans l’espoir de pouvoir éventuellement revendre à un meilleur prix – en d’autres termes, essayer d’anticiper le marché – est l’une des erreurs les plus courantes en investissement. Pire encore, certains investisseurs peuvent avoir raison une fois et confondre la chance avec la connaissance, les conduisant à commettre des erreurs, encore et encore.

Réussir à chronométrer le marché est un fantasme, et pourtant de nombreux investisseurs en sont la proie – des amateurs aux négociateurs professionnels. Selon une étude d’Investopedia, plus de 66 % des nouveaux négociateurs essaient de chronométrer le marché parfois et 20 % essaient de le faire souvent.

Le fait est que les investisseurs qui essaient d’anticiper le marché prennent plus de risques et gagnent moins d’argent. Voici un exemple. Si un investisseur avait manqué les cinq meilleurs jours de rendement du S&P500 au cours des 20 dernières années (avant le 31 décembre 2019), son rendement n’aurait été que de 5,62 %, soit environ la moitié de celui d’un investisseur passif. Pire encore, s’il avait manqué les 20 meilleurs jours, le rendement de l’investisseur aurait été négatif.

Comme l’a dit un jour Warren Buffet, si vous n’êtes pas prêt à conserver une action pendant 10 ans, vous ne devriez pas la détenir du tout.

Erreur d’investissement n° 3 : utiliser son intuition comme conseillère

Les êtres humains sont des créatures émotionnelles. Nous avons été conçus pour utiliser nos émotions et notre intuition pour décoder et alimenter nos réactions interpersonnelles et sociétales.

En matière d’investissements, cependant, il est préférable de ne pas se laisser envahir par les émotions et de se fier aux faits et aux chiffres. En effet, les émotions sont à l’origine de nombreuses mauvaises décisions financières. La cupidité et la peur de manquer un bon investissement peuvent conduire à une spéculation effrénée; l’anxiété et la crainte peuvent conduire à vouloir anticiper le marché ou à vendre un bon investissement après une courte période de bonne performance.

Un « sixième sens » ou une intuition est un mauvais conseiller. N’oubliez pas qu’il y a toujours deux parties à une transaction : un vendeur et un acheteur. Pourquoi l’autre investisseur veut-il vendre l’action que vous voulez acheter? A-t-il plus d’informations que vous? Sa décision est-elle fondée sur des faits? Considérez une transaction comme une bataille financière. Qui va gagner cette bataille et s’enrichir? Celui qui connaît toutes les données financières? Ou celui qui a un bon feeling?

Erreur d’investissement n° 4 : le manque de diversification

Le manque de diversification d’un portefeuille est l’un des péchés capitaux de l’investissement. Une mauvaise diversification accroît la volatilité et peut être à l’origine du pire ennemi de l’investisseur : la perte sèche. Pire encore, le risque de concentration qui résulte du manque de diversification est un risque mal récompensé par le marché.

Par exemple, si vous vouliez parier sur l’évolution du téléphone intelligent il y a 15 ans, il aurait été plus sage de détenir un portefeuille d’actions telles que Samsung, Apple, BlackBerry et Nokia à parts égales que de tout miser sur BlackBerry ou Nokia, qui étaient pourtant reconnus comme les leaders mondiaux des téléphones portables à l’époque.

Supposons qu’un investisseur veuille parier sur la reprise des cours des actions des banques américaines, qui se sont effondrées dans le cœur de la tempête de la crise financière de 2008. S’il avait parié sur un portefeuille de banques américaines dans un fonds négocié en bourse, le résultat aurait été fantastique par rapport à un investisseur qui aurait tout misé sur Washington Mutual, qui a malheureusement fait faillite.

Le manque de diversification peut être insidieux. On le voit souvent dans le cas des employés de sociétés publiques qui détiennent des actions et des options de leur employeur, ainsi que des actions de leur fonds de pension. À un moment donné, un très grand nombre d’employés de Nortel étaient millionnaires!

Assurez-vous donc d’être suffisamment diversifié et pensez toujours à votre portefeuille en pourcentages de titres détenus plutôt qu’en dollars, car cela aide à garder les choses en perspective.

Erreur d’investissement n° 5: jouer au casino au lieu d’investir

La ligne peut être mince entre le pari et l’investissement. Lorsque vous gérez un portefeuille, vous pariez sur certains titres et événements. Cependant, la grande différence entre l’investissement et la spéculation provient de deux facteurs. Premièrement, il y a la gestion du risque, qui est essentielle pour un bon investissement. C’est pourquoi le manque de diversification, comme je l’ai mentionné, est une erreur majeure, car il introduit un risque de perte important. Deuxièmement, on fait des « paris » en pesant le pour et le contre, qui sont basés sur des faits et des données réelles. Nous faisons notre pari lorsque les données sont calculées, et nous pouvons peser le pour et le contre en toute connaissance de cause.

Malheureusement, de nombreux investisseurs choisissent de parier sur les fluctuations de prix à court terme plutôt que de détenir une bonne entreprise à long terme. Ou bien ils parient sur une nouvelle technologie passionnante plutôt que de détenir des actions technologiques qui ont des ventes, une rentabilité et un flux de trésorerie. Si ces tactiques sont certainement exaltantes, elles ne constituent pas le meilleur moyen de faire croître votre patrimoine à long terme. Le meilleur type d’investissement qui est prouvé pour vous faire gagner de l’argent est, eh bien, ennuyeux. Neuf fois sur dix, la lenteur et la régularité gagnent la course à l’investissement.

Erreur d’investissement n° 6 : courir après les rendements

De nombreux investisseurs utilisent les performances récentes pour choisir leurs investissements. En fait, il est courant de classer les fonds communs de placement en utilisant des systèmes d’étoiles basés sur les performances.

Malheureusement, quand une stratégie surperforme depuis quelques années, elle est probablement due pour un retour à la normale.

En cherchant à investir dans des fonds ou des stratégies qui ont augmenté, vous finissez par vendre dans le bas pour acheter des titres qui sont chers. C’est une excellente stratégie pour s’assurer d’obtenir des rendements anémiques.

Prenez le bitcoin, par exemple. Les investisseurs s’empressent de mettre la main sur la crypto-monnaie, mais la plupart des experts recommandent la prudence, car les elles pourraient facilement être un autre exemple de bulle d’actifs sur le point d’éclater. Mais la peur de manquer cette hausse vertigineuse et ces rendements passés gonflés à bloc est une force difficile à contrer dans l’esprit des investisseurs.

Erreur d’investissement n° 7 : utiliser les mauvaises sources d’information

La qualité d’une information dépend toujours de sa source. Dans le domaine de la finance, les fausses informations abondent, car des personnes peu scrupuleuses en profitent pour essayer de faire monter le prix de certains titres au profit des vendeurs.

Les nombreux stratagèmes pyramidaux qui ont terni l’histoire de la finance au fil des années en sont de tristes exemples.

Puisque la finance est influencée par des variables inconnues qui se produiront dans le futur, elle donne lieu à une industrie de lettres et de gourous financiers, qui souhaitent attirer l’attention de l’investisseur en exploitant sa peur et sa cupidité dans le seul but de se remplir les poches.

De plus, même en l’absence de malversation, il existe très souvent un déséquilibre de l’information entre la partie vendeuse et la partie acheteuse dans une transaction financière.

Faire partie de ceux qui ont des informations incomplètes ou erronées est également une erreur qui peut avoir de graves conséquences. Si vous vous reconnaissez dans cette dernière phrase, ne vous inquiétez pas! Avoir des informations erronées ou incomplètes est très courant, car ces erreurs sont dues à des traits de comportement humain. Heureusement, il existe un moyen simple de vous assurer que vous disposez des meilleures informations possibles pour prendre des décisions financières éclairées.

Un conseiller financier expérimenté, bien équipé et indépendant peut être un allié important pour vous aider à éviter ces pièges courants, à minimiser les erreurs coûteuses et à maximiser vos chances de réussite financière.

Auteur

Auteur

  • Vincent a commencé sa carrière en 1999 et est détenteur de la charte CFA depuis 2004. Il détient un baccalauréat en administration des affaires et une maîtrise en économie. Il est membre du conseil d’administration de l’association CFA Montréal depuis 2005 et y a occupé le poste de président en 2010-11. Vincent s’est joint à l’équipe Claret en 2002.

Votre argent compte.

Inscrivez-vous à notre liste d’envoi pour savoir quand nous publions de nouvelles informations.