Introductions en Bourse : panne sèche au Québec

Share on linkedin
Share on twitter
Share on facebook
Share on email
Share on print

À l’époque, les sociétés qui ont brigué la Bourse ainsi que leurs courtiers ont été trop gourmands relativement au prix qu’ils établissaient pour les actions offertes lors des premiers appels publics à l’épargne, estime Alain Chung, vice-président exécutif de Claret.

Lire la suite sur Les Affaires…

Auteur(s) :

Auteur(e) :

Votre argent compte.

Inscrivez-vous à notre liste d’envoi pour savoir quand nous publions de nouvelles informations.