Statistiques sur les « IPOs » au Canada et aux États-Unis

Les « IPOs » ont tendance à très bien performer lors de leur première journée, et moins bien par la suite. C’est connu et très bien documenté dans la littérature financière.
Share on linkedin
Share on twitter
Share on facebook
Share on email
Share on print

Les « IPOs » ont, en moyenne, tendance à très bien performer lors de leur première journée, et moins bien par la suite. C’est connu et très bien documenté dans la littérature financière.

Dans le même esprit que la recherche mentionnée dans la vidéo, nous avons fait une petite étude maison sur 865 « IPOs » de plus de 200M$ en Amérique du Nord entre 1990 et 2020. Voici les résultats : 

  • La performance moyenne pour un titre la journée de son « IPO » est extraordinaire, presque 20% (19.9%). Cette performance est calculée en comparant le prix à la fin de la première journée du « IPO » et le prix d’émission initial. Cependant, pour le petit investisseur il est pratiquement impossible d’obtenir des actions lors de ce processus pour les raisons énumérées dans la vidéo.
  • La performance moyenne les douze mois suivants la première journée du « IPO » est raisonnable, 7.8% vs le rendement du S&P 500 de 1990 à 2020 de 10.2% par année et 7.2% pour le TSX (Source: Bloomberg). Cette performance est calculée en comparant le prix douze mois après le « IPO » et le prix à la fin de la première journée du « IPO ».
  • Sur 865 « IPOs » analysés, 806 fois ou 93% du temps, il aurait été possible d’acheter l’action à un prix plus bas que celui du « IPO ». Donc, le prix d’émission initial fut le plus bas prix de tous les temps pour une action, pour seulement 59 des 865 « IPOs » inclus dans l’étude. Notez cependant que plusieurs titres ont atteint leur creux soit en 2002, lors du krach de la bulle internet, ou en 2008, lors de la crise financière. Lors de ces périodes, tout était à rabais.

Conseils pratiques

En conclusion, la chose logique à faire serait d’acheter chaque « IPO » et vendre les actions à la fin de la première journée. Mais puisque ce n’est pas possible, que faire? L’histoire nous dit que vous aurez probablement une chance d’acheter les actions de ces entreprises à un prix inférieur que celui du « IPO ». Vous devrez peut-être attendre une correction générale du marché, mais il y a de fortes chances que vous puissiez les acheter à un prix beaucoup plus intéressant si vous êtes patient. Donc, lorsque vous êtes intéressé par une entreprise, vous devriez avoir en tête le prix auquel vous seriez confortable à acheter ses actions. Si vous aimez un titre à 100$, ne devriez-vous pas l’aimer encore plus à 75$?

Et finalement, si vous tenez à acheter une entreprise tout juste après son introduction en bourse, alors la vraie question que vous devriez vous poser est: Est-ce une bonne entreprise? Parce qu’en fin de compte, sur une longue période, c’est la chose la plus importante.

Auteur

Auteur

  • Maxime détient une maîtrise en finance de l‘Université de Sherbrooke et est détenteur de la charte CFA depuis 2019. Il s’est joint à l’équipe de Claret en 2016 à titre d’analyste en placement junior et a été promu au poste de gestionnaire de portefeuille en 2019.

Votre argent compte.

Inscrivez-vous à notre liste d’envoi pour savoir quand nous publions de nouvelles informations.